Gilles Laurent © 2007 • Privacy Policy • Terms of Use

 

Lavault de Frétoy

 

 

• De Freteyum à Frétoy

20 siècles d'histoire : de l'oppidum gallo-romain au maquis de 1944

 

• Le flottage des bois

les étangs des vallées des Gaulots et de la Rainache

 

• Les nourrices morvandelles et les "Petits Paris"

 

 

 

 

Lavault de Frétoy : Histoire - History - Geschiedenis

 

 

Le site néolitique de l'éperon barré du Fou-de-Verdun, et l'oppidum (camp retranché) à la croisée de deux chemins gallo-romains attestent du peuplement ancien de la commune.

Ancienne possession des évèques d’Autun, le fief de Frétoy (Freteyum, Fretoys) relève dès 1181 du Comté de Chateau-Chinon et compte 224 habitants en 1667. Lavault est un fief des Maison-Comte en 1460.

Le 14 décembre 1789, la paroisse de Frétoy fut érigée en commune par l’Assemblée Constituante, au sein du canton d’Ouroux qui fut supprimé en 1800.
En 1847, la construction de la “Maison Commune” (ancienne école) fixe définitivement le “chef-lieu”  du village à Lavault qui ne possède alors que 8 maisons. Le 27 juillet 1884, la commune prend le nom de Lavault de Frétoy.

Dans la second partie du 19ème siècle, l’accueil des enfants asssistés de Nevers, puis de Paris contribuent à l’augmentation sensible de la population qui s’élève à 584 personnes en 1881.
Mais l’émigration temporaire des nourrices et des “galvachers” fait place dès 1880 à un exode rural vers Le Creusot puis Paris, qui décime la population qui décroît à 106 habitants en 1962 et 81 actuellement.

Au cours de la seconde guerre mondiale, la forêt d’Anost qui sépare les deux communes abrita le Maquis Socrate qui compta jusqu’à 700 personnes.

 

 

 

 

"Pays de bouviers et de braves,

  Sol sans appoint
  Où le granit a ses enclaves

  Plus qu'en nul point"
 

  L'Ame du Morvan -  Georges Riguet